World of Manga

Forum de discussion centré sur l'asie

Vous n'êtes pas identifié(e).

Modifier la fiche
8.4

La Brigade chimérique

Type
Bd ( N°1 sur 35 )
Description
Ils sont nés sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffle des gaz et des armes à  rayons X. Ils ont pris le contróle des grandes capitales européennes. Par-delà  le bien et le mal. Les feuilletonistes ont fait d'eux des icónes. Les scientifiques sont fascinés par leurs pouvoirs. Pourtant, au centre du vieux continent, une menace se profile, qui risque d'effacer jusqu'au souvenir de leur existence.



à€ l'approche de la Seconde Guerre mondiale, les super-héros européens se retrouvent confrontés à  deux figures du mal, le Nyctalope et le Docteur Mabuse.



Sur le modèle de La Ligue des gentlemen extraordinaires d'Alan Moore, les auteurs réunissent différents personnages de la littérature du début du XXe siècle. Ils utilisent également dans leur récit des personnages ayant réellement existé comme Marie Curie ou André Breton.
Listes
  • 3351

    vues

  • 3

    réponses

La Brigade Chimérique
Watt
Singe

15/04/10 15:02 , modifié 21/04/12 15:24 par e

La Brigade Chimérique


la-brigade-chimerique-1.jpg

Scénario : Fabrice Colin et Serge Lehman
Dessins : Gess
Couleurs : Céline Bessoneau
Editeur : L'Atlante
Tomes : 4/6


Synopsis

Ils sont nés sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffle des gaz et des armes à rayons X. Ils ont pris le contrôle des grandes capitales européennes. Par-delà le bien et le mal. Les feuilletonistes ont fait d'eux des icônes. Les scientifiques sont fascinés par leurs pouvoirs. Pourtant, au centre du vieux continent, une menace se profile, qui risque d'effacer jusqu'au souvenir de leur existence.

À l'approche de la Seconde Guerre mondiale, les super-héros européens se retrouvent confrontés à deux figures du mal, le Nyctalope et le Docteur Mabuse.

Sur le modèle de La Ligue des gentlemen extraordinaires d'Alan Moore, les auteurs réunissent différents personnages de la littérature du début du XXe siècle. Ils utilisent également dans leur récit des personnages ayant réellement existé comme Marie Curie ou André Breton.


Le Concept...

"La frustration est sans mystère : non seulement il n’y a pas de super-héros en France, et plus largement en Europe continentale, mais il semble impossible d’en créer un qui ne soit pas un hommage, une parodie ou un décalque affaibli des grandes figures des comics US. Quelque chose « manque » dans notre imaginaire, sans qu’on puisse dire quoi exactement. Nombreux sont les lecteurs et sans doute les auteurs à avoir ressenti ce manque. En février 1978, j’ai écrit une lettre à ce sujet au magazine Strange ; j’avais treize ans et je découvrais tout ça. Cette lettre a été partiellement reproduite dans le courrier des lecteurs du numéro 100, avec mes jugements de fan de base (« Je n’aime pas tellement Daredevil de Gene Colan mais Spider Man est génial ») mais sans mes questions sur l’absence de héros français. Par la suite, j’ai fini par intérioriser cette lacune, comme tout le monde, mais la frustration n’a jamais complètement disparu.

D’où mon étonnement quand, deux décennies plus tard, je me suis mis à lire de façon intensive la science-fiction française des origines, dont j’ignorais à peu près tout hormis Jules Verne et J.-H. Rosny. J’essayais de comprendre pourquoi la critique manifestait une telle hostilité à l’égard de ce genre littéraire et je me demandais si c’était déjà le cas pendant la première moitié du XXème siècle. En recensant les textes, j’ai découvert que non seulement ils étaient nombreux – plus de trois mille – mais qu’ils abritaient des dizaines de super-héros potentiels, des justiciers de fascicules et de romans-feuilletons très semblables à ceux que, au même moment, les auteurs de comics américains prenaient pour modèles dans les pulps. On dit que Jerry Siegel et Joe Shuster ont emprunté les traits essentiels de Superman à un roman de Philip Wylie paru en 1930, Gladiator. Mais il est difficile de ne pas voir dans l’antinomie Doc Savage/The Shadow une préfiguration du duo Superman/Batman et impossible d’ignorer le recyclage de nombreux auteurs de SF de l’âge d’or dans l’industrie des comics. En particulier Alfred Bester, inventeur du serment de Green Lantern et premier prix Hugo de l’histoire en 1953 pour son merveilleux Homme démoli.


bri0.jpg

La tradition française des fascicules et des feuilletons n’avait certes pas le punch ni la liberté sociologique des pulps mais certaines de ses grandes figures ont survécu à la deuxième guerre mondiale : Fantômas, Arsène Lupin, Rouletabille et même, d’une certaine manière, Maigret. Pourquoi ceux-là et pas les autres ? Pourquoi personne ne se souvenait-il plus du Nyctalope, de Hareton Ironcastle, de Félifax ou de Michel Ardent ? Dans quel trou noir culturel la SF française d’avant-guerre s’était-elle engloutie ? Et pourquoi les créateurs de BD avaient-ils négligé les super-héros virtuels qu’elle abritait et qu’un coup de pinceau aurait suffi à moderniser ?

Ces questions, je me les posais à la fois en tant que critique et dans un cadre plus large, un projet de roman intitulé Metropolis qui devait étendre cette problématique à tout le continent car j’avais l’impression que la même amnésie volontaire avait affecté l’Allemagne et sans doute d’autres pays (mais pas la Grande-Bretagne). Bizarrement, c’est dans “Le Monde Diplomatique” que j’ai abordé le sujet pour la première fois avec un papier intitulé Les mondes perdus de l’anticipation scientifique française, en juillet 1999. Mais les problèmes inextricables que me posait Metropolis et la découverte de La Ligue des Gentlemen extraordinaires m’ont provisoirement dissuadé d’aller plus loin. Si Alan Moore était passé par là, à quoi bon insister ?


brigade-chimerique-1-pl.jpg

Je n’ai ressorti mes notes qu’en 2006, quand les éditions Omnibus m’ont commandé une anthologie sur le sujet : Chasseurs de chimères, l’âge d’or de la SF française. La rédaction de la préface et le choix des textes m’ont donné quelques idées nouvelles et, en re-survolant la Ligue, je me suis rendu compte que le monde d’O’Neill et Moore s’arrêtait en 1914. A ce moment-là, la création de Flambant 9 était déjà en route et un jour, plus par jeu qu’autre chose, j’ai dit à Pierre Michaut, Mireille Rivalland et George Mérel que « ce serait vraiment bien de faire un comics sur la fin des super-héros européens. Un vrai comics en douze épisodes, situé dans les années 30, avec de l’hypnose, de la physique quantique, de la psychanalyse et les grandes figures de la littérature européenne recyclées. Montrer ce qui est arrivé. » Je commençais à être capable de formuler une hypothèse crédible sur le sujet. Et puis, j’avais un titre, sans savoir exactement ce qu’il recouvrait : La Brigade chimérique, hommage condensé aux Brigades du Tigre et à l’usage particulier que les auteurs d’avant-guerre faisaient du mot « chimère », qui collait assez bien.

La%20Brigade%20Chim%C3%A9rique%201%20(planche).jpg

Tout le monde a trouvé l’idée irréaliste, mais amusante. George Mérel s’est quand même demandé s’il n’y aurait pas moyen de monter un mini-studio en embauchant un designer pour cadrer l’ambiance graphique. Gess venait d’illustrer mon recueil de nouvelles Le Livre des Ombres ; il s’est proposé avec un demi-sourire et m’a demandé un script de trois pages « histoire de voir ». J’ai écrit le texte en novembre 2006, pensant qu’il ferait juste un crayonné mais une semaine plus tard, les planches sont revenues encrées – les trois que j’avais scénarisées plus une pour le titre..."

Serge Lehman, a propos de la Brigade Chimérique


Avis

Une serie que j'ai découverte par le pur hazard au détour d'un rayon. J'ai immédiatement accroché au concept de la BD, qui est peu commun et m'a semblé terriblement interessant et intélligent. Le scénario mêle habilement les heros de litterature européens du XIXém à vie politique et artistique du moment. Avec ça, on a de quoi se poser des questions sur l'imaginaire créatif des comics US. Car si on y regarde de plus prés, le 3/4 de leurs créations est une réadaption musclé de personnages créés dans la litterature française et anglaise. Bref, je me regale a suivre cette serie tome par tome, à chaque page une révélation. On ne sait jamais d'ou le coup va venir, ni même ce qui va provoquer la chute de ces heros. Tout bonnement formidable !! Une collection indispensable pour tout bon BDvore !

"What will we do with a drunken whaler ?"

Pouky
> Pandavore <

Faudra que tu me les passe x)
héhéhéhé

NpFG5NI.jpg
[Yuya-Chan] = ♫ You're just to cute to be true, I can't take me eyes off of you ... ♫ Pouky ♥
______________________________________________________________
Iori dit : Merde ça me prouve... que je peux pas gagner contre toi, c'est ça..

Kyra83100

5eoLX0f.gif Une très belle fiche et elle ai super bien complète!!!!!

Arigato Watt

Pampasgiolu
Invité

Super BD, que j'ai lue sur tes conseils W.

Une de mes préférées en fin de compte... x)

Pied de page des forums